Occitanie : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Voici, pour la région Occitanie, les lignes non déclassées pouvant être rouvertes au trafic voyageurs et ainsi servir d’axes structurants à des dessertes plus fines de type autocars ou services à la demande. Certaines ont un vrai potentiel !

En dessous, on trouvera une présentation de chaque ligne concernée ainsi que des éléments sur la population desservie directement sans présumer des apports de lignes d’autocars ou de services à la demande en rabattement.

La réouverture est envisagée/étudiée par la Région Occitanie pour cinq lignes :

  • Nîmes – Pont St Esprit avec desserte d’Avignon (décembre 2021)
  • Montéjeau – Luchon
  • Limoux – Quillan
  • Alès – Bessèges
  • Rodez – Sévérac

#urgenceclimatique #onlesrouvre

Occitanie : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Les lignes concernées (classées par département)

Ariège

Aucune ligne concernée

Aude

11-1 Limoux – Quillan (28,3 km)
Trafic voyageur suspendu en 2017. Service marchandise arrêté en 2017.
Une réouverture est souhaitée par la Région Occitanie, le montage financier ne semble pas être concrétisé.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Limoux : 10 112 h
  • Alet les Bains : 390 h
  • Gare de Couiza – Montazels : Couiza 1 115 h et Montazels 557 h
  • Espéraza : 1 800 h
  • Campagne : 592 h
  • Quillan : 3 238 h

11-2 Castelnaudary – Revel Sorèze (25,9 km)
Trafic voyageur supprimé en 1939. Service marchandise arrêté en 2013. La section Saint-Félix-Lauragais – Revel-Sorèze a été fermée administrativement en 2015

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Castelnaudary : 11 951 h
  • Soupex : 241 h
  • St Félix : 1 270 h
  • Gare de Revel Sorèze : Revel 9 610 h et Sorèze 2 869 h

11-3 Narbonne – Bize (20,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1939. Service marchandise arrêté en 2010 de Mirepeisset à Bize et en 2015 de Malvési à Mirepeisset.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Narbonne : 55 375 h
  • Moussan : 1 998 h
  • Sallèles d’Aude : 2 973 h
  • Gare de Mirepeisset – Argeliers : Mirepeisset 763 h et Argeliers 2 165 h
  • Cabezac
  • Bize : 1 205 h

Aveyron

12-1 Rodez – Sévérac le Château (44,7 km)
Trafic voyageur supprimé en 2017. Service marchandise arrêté en 1989. Cette ligne est la jonction Nord entre l’Est (Languedoc Roussillon) et l’Ouest (Midi Pyrénées) de la Région Occitanie. Sans elle, le seul trait d’union ferroviaire est la ligne Toulouse – Sète bien au Sud. Elle est la liaison entre les deux plus grandes villes du département Rodez et Millau.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Rodez : 24 319 h
  • Canabols : 1 495 h
  • Gages : 1 662 h
  • Bertholène : 1 050 h
  • Laissac : 1 644 h
  • Gaillac d’Aveyron : 313 h
  • Recoulès : 516 h
  • Sévérac : 4 091 h
  • Millau : 22 002 h

Gard

30-1 Le Teil – Nîmes et raccordement Avignon (119,3 + 4,8 km dont 86,1 + 2,4 km en Occitanie)
Ligne à cheval sur les régions Occitanie, Auvergne Rhône Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur.
Double voie électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1973. Ouvert à la desserte marchandise. Utilisée en service voyageur, en cas de détournement de la Rive Gauche du Rhône jusqu’à Avignon.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Le Teil (AURA) : 8 796 h
  • Viviers sur Rhône (AURA) : 3 710 h
  • St Montant (AURA) : 1 885 h
  • Bourg St Andéol (AURA) : 7 167 h
  • Gare de St Just – St Marcel : St Just d’Ardèche (AURA) : 1 683 et St Marcel d’Ardèche 2 381 h
  • Pont St Esprit : 10 397 h
  • Vénéjan : 1 265 h
  • Bagnols sur Cèze : 18 072 h
  • Gare d’Orsan – Chusclant : Orsan 1 166 h et Chusclan 967 h
  • L’Ardoise : 6 316 h
  • Gare de St Geniès – Montfaucon : St Geniès de Comolas 1 983 h et Montfaucon 1 507 h
  • Gare de Roquemaure – Tavel : Roquemaure 5 520 h et Tavel 1 994 h
  • Sauveterre : 2 051 h
  • Pujaut : 4 028 h
  • Villeneuve les Avignon : 11 769 h
  • Avignon (PACA) : 91 729 h
  • Aramon : 4 224 h
  • Théziers : 1 045 h
  • Remoulins : 2 259 h
  • Sernhac village : 1 748 h
  • Lédenon : 1 590 h
  • Gare de St Gervasy – Bezouce : St Gervasy 1 949 h et Bezouce 2 293 h
  • Marguerittes : 8 635 h
  • Grezan
  • Nîmes : 149 633 h

30-2 Remoulins – Meynes (7,9 km)
Trafic voyageur suspendu en 1938. Service marchandise arrêté en 1993.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Remoulins : 2 259 h
  • Sernhac : 1 748 h
  • Gare de Meynes – Montfrin : 2 479 h et Montfrin 3 176 h

30-3 Remoulins – Pont du Gard – Vers (8 km)
Trafic voyageur suspendu en 1938. Service marchandise en cours.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Remoulins : 2 259 h
  • Pont du Gard : site touristique
  • Gare de Vers – Collias : Vers 1 822 h et Collias 1 073 h

30-4 Alès – Bessèges (30,7 km)
Trafic voyageur suspendu en 2012. Service marchandise arrêté en 1990 de Bessèges à Salindres, en service de Salindres à Alès.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Alès : 40 802 h
  • Salindres : 3 518 h
  • Gare de St Julien – Les Fumades : St julien 712 h et Allègres les Fumades 928 h
  • St Ambroix : 3 257 h
  • Molières sur Cèze : 1 228 h
  • Gammal
  • Robiac : 833 h
  • Bessèges : 2 838 h

30-5 (Aimargues -) Le Cailar – Arles Trinquetaille (24,5 km dont 11,1 en Occitanie)
Trafic voyageur supprimé en 1938. Service marchandise arrêté en 2005 de Trinquetaille à St Gilles et en 2008 de St Gilles au Cailar. Ligne à cheval sur les régions Provence Alpes Côte d’Azur et Occitane.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Aimargues : 5 682 h
  • Le Cailar : 2 410 h
  • St Gilles : 13 787 h
  • Arles (PACA) : 51 031 h

30-6 Anduze – St Jean du Gard (13,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 1940. Service marchandise arrêté en 1971. Bien que déclassée, la ligne est exploitée par un chemin de fer touristique : Train à vapeur des Cévennes.

Haute Garonne

31-1 Montréjeau – Luchon (35,4 km)
Trafic voyageur supprimé en 2014. Service marchandise arrêté en 1978 de Marignac à Luchon et en 2003 de Montréjeau à Marignac.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Gare de Montréjeau – Gourdan-Polignan : Montréjeau 2 763 h et Gourdan-Polignan 1 203 h
  • Gare de Labroquère – St Bertrand : Labroquère 318 h et St Bertrand de Cominges 242 h
  • Gare de Loures – Barbazan : Loures 632 h et Barbazan 492 h
  • Galié : 79 h
  • Gare de Saléchan – Siradan : Saléchan 263 h et Siradan 282 h
  • Fronsac : 205 h
  • Gare de Marignac – St Béat : Marignac 488 h et St Béat 382 h
  • Arlos : 100 h
  • Lège : 40 h
  • Cier de Luchon : 243 h
  • Antignac : 107 h
  • Luchon : 2 293 h dessert Luchon SuperBagnères

Gers

32-1 Auch – Agen (64 km dont 51 km en Occitanie)
Trafic voyageur supprimé en 1970. Service marchandise arrêté en 2015 de Ste Christie à Auch et en 2016 de Bon Encontre à Ste Christie. Ligne à cheval sur les régions Occitane et Nouvelle Aquitaine.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Auch : 22 200 h
  • Rambert Preignan : 1 263 h
  • Ste Christie : 546 h
  • Montestruc sur Gers : 700 h
  • Fleurance : 5 982 h
  • Lectoure : 3 665 h
  • Castex Lectourois : 82 h
  • Astaffort (NA) : 2 044 h
  • Goulens (NA)
  • Layrac (NA) : 3 635 h
  • Bon Encontre (NA) : 6 182 h
  • Agen (NA) : 33 012 h

32-2 Eauze – Riscle (- Tarbes) (41,7 km)
Trafic voyageur supprimé en 1962. Service marchandise arrêté en 2007 d’Eauze à Nogaro et en 2009 de Nogaro à Riscle.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Eauze : 3 942 h
  • Gaillon
  • Manciet : 807 h
  • Nogaro : 2 012 h
  • Sorbets : 227 h
  • Fustérouau : 135 h
  • Termes d’Armagnac : 190 h
  • Riscle : 1 831 h

32-3 Condom – Port Ste Marie (- Agen) (39,2 km dont 5 km en Occitanie).
Trafic voyageur supprimé en 1962. Service marchandise arrêté en 2009. Ligne à cheval sur les régions Occitane et Nouvelle Aquitaine.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Condom : 6 508 h
  • Larrouzé
  • Moncrabeau (NA) : 738 h
  • Lasserre : 82 h
  • Labarthe
  • Nérac : 6 849 h
  • Lavardac : 2 267 h
  • Vianne : 1 009 h
  • Feugarolles : 1 001 h
  • Port Ste Marie : 1 889 h
  • Agen : 33 012 h

Hérault

34-1 Vias – Lézignan (23,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1957. Service marchandise arrêté en 2008.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Vias : 5 735 h
  • Bessan : 5 119 h
  • Florensac : 5 051 h
  • St Thibéry : 2 740 h
  • Pézenas : 8 148 h
  • Lézignan – La Cède : 1 556 h

34-2 Sète – Balaruc (4,8 km)
Trafic voyageur supprimé en 1937. Service marchandise arrêté dans les années 1990.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Sète : 43 686 h
  • Balaruc : 6 867 h

34-3 Colombiers – Cazouls les Béziers (-Béziers) (11 km)
Trafic voyageur supprimé en 1935 de Colombiers à Maureilhan et en 1954 de Maureilhan à Cazouls. Service marchandise arrêté en 2017 de Maureilhan à Cazouls, en fonctionnement de Colombiers à Maureilhan.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Béziers : 77 599 h
  • Colombiers : 2 584 h
  • Maureilhan : 2 177 h
  • Cazouls les Béziers : 5 023 h

34-4 Colombiers – Capestang (8,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1937. Service marchandise arrêté en 1987.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Béziers : 77 599 h
  • Colombiers : 2 584 h
  • Capestang : 3 273 h

34-5 Montpellier – Vendargues (3,1 km)
Trafic voyageur supprimé en 1970. Service marchandise arrêté dans les années 2000.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Montpellier : 290 053 h
  • Castelnau le Lez : 21 838 h
  • Les Mazes – Le Crès : 1 595 h
  • Vendargues : 6 287 h

Lot

46-1 St Denis près Martel – Martel (6,5 km)
Trafic voyageur supprimé en 1980. Service marchandise arrêté en 1980. Bien que déclassée, la ligne est exploitée par un chemin de fer touristique : Chemin de fer touristique du Haut Quercy.

Lozère

48-1 (Clermont Fd -) Neussargues – St Chély d’Apcher (- Millau – Béziers) (55,7 km dont 10,6 km en Occitanie)
Trafic voyageur suspendu en 2021 pour travaux (fin annoncée novembre 2021). Service marchandise suspendu en 2021 pour travaux (fin annoncée novembre 2021). Ligne à cheval sur les régions Occitanie et Auvergne Rhône Alpes. Ligne parcourue, en temps normal, par l’InterCité Aubrac, Clermont Ferrand – Béziers

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Neussargues (AURA) : 1 811 h
  • Talizat (AURA) : 589 h
  • Andelat (AURA) : 469 h
  • St Flour (AURA) : 6 365 h 
  • Ruynes en Margeride (AURA) : 711 h
  • Garabit (AURA)
  • Loubaresse (AURA) : 402 h
  • Arcomie : 989 h
  • St Chély d’Apcher : 4 183 h 

Hautes Pyrénées

65-1 Tarbes – Aire sur l’Adour (- Mont de Marsan) (66,4 km dont 65,5 km en Occitanie)
Trafic voyageur supprimé en 1970. Service marchandise arrêté en 2011 de Tarbes à Riscle et en 2014 de Riscle à Aire sur l’Adour. Cette ligne est une ligne de maillage permettant une relation plus courte entre Tarbes – Mont de Marsan – Bordeaux.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Tarbes : 42 426 h
  • Gare de Bazet – Oursbelille : Bazet 1 786 h et Oursbelille 1 192 h
  • Andrest : 1 388 h
  • Pujo : 638 h
  • Vic Bigorre : 4 864 h
  • Nouilhan : 208 h
  • Maubourguet : 2 322 h
  • Caussade : 97 h
  • Hères : 123 h
  • Castelnau-Rivière-Basse Rivière Basse : 623 h
  • Riscle : 1 831 h
  • St Germé : 497 h
  • Barcelonne du Gers : 1 375 h
  • Aire sur l’Adour (NA) : 6 119 h
  • Mont de Marsan : 29 683 h

65-2 Tarbes – Bagnères de Bigorre (18,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 1971. Service marchandise arrêté en 1989.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Tarbes : 42 426 h
  • Séméac – Marcadieu : 5 005 h
  • Ampèrevielle
  • Salles Adour : 588 h
  • Bernac Débat : 694 h
  • Vielle Adour : 510 h
  • Montgaillard : 849 h
  • Ordizan : 534 h
  • Pouzac : 1 114 h
  • Bagnères-de-Bigorre de Bigorre : 7 103 h

65-3 Lannemezan – Sarrancolin (17,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1969. Service marchandise arrêté en 2004 de Labarthe à Sarrancolin, en fonctionnement et électrifié de Lannemezan à Labarthe.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Lannemezan : 5 812 h
  • Labarthe – Avezac : La Barthe 1 225 h et Avezac 606 h
  • Lortet : 213 h
  • Hèches : 617 h
  • Rebouc
  • Sarrancolin : 566 h

Pyrénées Orientales

66-1 (Perpignan -) Elne – Céret (23,1 km)
Trafic voyageur supprimé en 1940. Service marchandise arrêté en 2004 de St Jean de Pla Corts à Céret en 1990, en fonctionnement et électrifié de Elné à St Jean de Pla Corts.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Perpignan : 119 188 h
  • Elne : 9 103 h
  • Ortaffa : 1 537 h
  • Brouilla : 1 485 h
  • Banyuls dels Aspres : 1 265 h
  • Gare de Le Boulou – Perthus : Le Boulou 5 396 h et Le Perthus 561 h
  • St Jean Pla de Corts : 2 248 h
  • Céret : 7 821 h

66-2 (Perpignan -) Rivesaltes – St Martin Lys (60,4 km)
Trafic voyageur supprimé en 1939. Service marchandise arrêté en 1989 de St Martin de Lys à Lapradelle, en 2004 de Lapradelle à St Paul de Fenouillet, en 2007St Paul de Fenouillet à Cases de Pène et en 2015 de Cases de Pène à Caudiès de Fenouillèdes. Ligne exploitée par un chemin de fer touristique : Le train rouge.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Perpignan : 119 188 h
  • Rivesaltes : 8 756 h
  • Espira de l’Agly : 3 460 h
  • Cases de Pène : 933 h
  • Estagel : 2 046 h
  • Maury : 792 h
  • St Paul de Fenouillet : 1 800 h
  • Caudiès : 614 h
  • Lapradelle : 268 h
  • Axat : 541 h
  • St Martin Lys : 25 h

Tarn

81-1 Albi – St Juéry (9,0 km)
Trafic voyageur supprimé en 1933. Service marchandise arrêté en 2004.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Albi : 48 993 h
  • St Juéry : 6 760 h

81-2 Albi – Ranteil (2,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1940. Service marchandise arrêté en 2003.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Albi : 48 993 h
  • Ranteil : quartier d’Albi

Tarn et Garonne

82-1 Castelsarrasin – Beaumont de Lomagne (25,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 1937. Service marchandise en fonctionnement.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Castelsarrasin : 13 934 h
  • Belleperche : 352 h
  • Labourgade : 188 h
  • Larrazet : 693 h
  • Sérignac : 533 h
  • Beaumont de Lomagne : 3 765 h

Provence Alpes Côte d’Azur : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Voici, pour la région Provence Alpes Côte d’Azur, les lignes non déclassées pouvant être rouvertes au trafic voyageurs et ainsi servir d’axes structurants à des dessertes plus fines de type autocars ou services à la demande. Certaines ont un vrai potentiel !

En dessous, on trouvera une présentation de chaque ligne concernée ainsi que des éléments sur la population desservie directement sans présumer des apports de lignes d’autocars ou de services à la demande en rabattement.

Certaines lignes présentent un très fort potentiel en termes d’habitants (ex : Carnoules – Gardanne, St Auban – Digne, Aix – Rognac, Pas des Lanciers – Martigues, Cavaillon-Pertuis…).

La ligne Avignon – Villeneuve les Avignon devrait rouvrir fin 2021 annonce la région Occitanie.

#urgenceclimatique #onlesrouvre

Provence Alpes Côte d’Azur : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Les lignes concernées (classées par département)

Alpes de Haute Provence

04-1 : Château Arnoux St Auban – Digne (22 km).
Trafic voyageur supprimé en 1989. Service marchandise arrêté en 1988. Ligne permettant une continuité ferroviaire de Nice à Grenoble. Elle pourrait être rouverte en double écartement pour créer des relations directes St Auban – Nice ainsi que Manosque/Sisteron – Digne. Un point par FNAUT-PACA.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Manosque : 22 485 h
  • Sisteron : 7 579 h
  • Gare de Château Arnoux-St Auban : 5 120 h
  • Malijai : 1 967 h
  • Mallemoisson : 1 029 h
  • Aiglun : 1 432 h
  • Digne les Bains : 16 333 h

04-2 : Digne – St André les Alpes
Travaux en cours suite à un effondrement dans un tunnel, la réouverture est envisagée pour le second semestre 2022.

Hautes Alpes

Deux lignes permettant de sortir des Hautes Alpes en travaux simultanément : celle vers Valence (fin des travaux décembre 2021), celle vers Grenoble (fin des travaux novembre 2022).

Alpes Maritimes

La ligne Breil – Ventimiglia est en travaux jusqu’en octobre 2021.

Bouches du Rhône

13-1 : Aix en Provence – Rognac (25,2 km).
Trafic voyageur supprimé en 1939. Ouverte au service marchandise. Une intégration à un TramTrain pour Aix en Provence est une piste d’étude.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Aix en Provence : 143 097 h
  • Les Milles : 2 885 h (partie d’Aix en Provence)
  • Velaux : 8 616 h
  • Rognac : 12 080 h
  • Vitrolles : 33 100 h

13-2 : Istres – St Louis du Rhône
Double voie (en partie) électrifiée (desserte de des installation portuaires de Fos sur Mer).

  • Istres : 43 411 h
  • St Louis du Rhône : 8 423 h

13-3 : Arles Trinquetaille – Aimargues (- Le Grau du Roi) (24,5 km dont 13,4 en PACA)
Trafic voyageur supprimé en 1938. Service marchandise arrêté en 2005 de Trinquetaille à St Gilles et en 2008 de St Gilles au Cailar. Ligne à cheval sur les régions Provence Alpes Côte d’Azur et Occitane.

  • Arles : 51 031 h
  • St Gilles (Occ) : 13 787 h
  • Le Cailar (Occ) : 2 410 h
  • Aimargues (Occ) : 5 682 h
  • Agglomération du Grau du Roi : 17 358 h

13-4 : Pas des Lanciers – Martigues (19 km)
Ligne géré par le RDT13, ouverte au service marchandise jusqu’à la Mède.

  • Pas des Lanciers
  • Marignane : 32 793 h
  • La Mède (Châteauneuf les Martigues) : 17 425 h
  • Martigues : 48 420 h

13-5 : (Avignon -) Barbentane – Plan d’Orgon (23,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1946. Service marchandise arrêté. Ligne géré par le RDT13.

  • Agglomération Avignon : 192 785 h
  • Barbentane (gare fermée) : 4 156 h
  • Rognonas : 4 062 h
  • Châteaurenard : 16 012 h
  • Noves : 5 866 h
  • Cabannes : 4 443 h
  • St Andiol : 3 297 h
  • Plan d’Orgon : 3 465 h

13-6 : Arles – Fontvieille (10,7 km)
Trafic voyageur supprimé en 1933. Service marchandise. Ligne géré par le RDT13.

  • Arles : 51 031 h
  • Fontvieille : 3 568 h

13-7 : Marseille – La Capellette (Prado) (2,4 km)
Trafic voyageur supprimé en 1914. Service marchandise.

Ligne urbaine Marseillaise.

Var

83-1 : Carnoules – Gardanne (78,8 km)
Trafic voyageur supprimé en 1939. Service marchandise arrêté de St Maximin à Peynier-Rousset en 1980, de Brignoles à Saint-Maximin en 1984, de Carnoules à Brignoles en 1990, de Peynier-Rousset à la Barque Fuveau dans les années 1990 et de La Barque Fuveau à Gardanne en 2011.
Une association fait vivre un train touristique sur la ligne.

  • Carnoules : 3 490 h
  • Besse : 3 035 h
  • Ste Anastasie : 2 023 h
  • Gare de Forcalqueiret – Garéoult : Forcalqueiret 3 061 h et Garéoult 5 310 h
  • Camps les Brignoles : 1 902 h
  • Brignoles : 17 364 h
  • Tourves : 5 056 h
  • St Maximin : 16 574 h
  • Pourcieux : 1 571 h
  • Pourrières : 5 177 h
  • Trets : 10 500 h
  • Gare de Peynier – Rousset : Peynier 3 513 h et Rousset 4 881 h
  • La Barque (Fuveau) : 10 157 h
  • Meyreuil : 5 796 h
  • Gardanne : 21 376 h

83-2 : Hyères – La Plage d’Hyères (4 km)
Trafic voyageur supprimé en 1940. Service marchandise arrêté en 1987.

Ligne urbaine Hyères.

83-3 : Les Arcs – La Motte-Ste Roseline (4,6 km)
Ligne électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1980. Service marchandise.

  • Les Arcs : 7 033 h
  • La Motte-Ste Roseline : 2 833 h

Vaucluse

84-1 : Cavaillon – Pertuis (- ligne Aix-Manosque) (41,5 km)
Trafic voyageur supprimé en 1971. Service marchandise.

  • Cavaillon : 26 198 h
  • Cheval Blanc : 4 295 h
  • Mérindol : 2 147 h
  • Puget : 785 h
  • Lauris : 3 867 h
  • Cadenet : 4 192 h
  • Villelaure : 3 416 h
  • Pertuis : 20 397 h

84-2 : Avignon – Villeneuve les Avignon (- Nîmes) (4,8 km)
Double voie électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1973. Service marchandise. Ligne à cheval sur les régions Provence Alpes Côte d’Azur et Occitanie. Utilisée en service voyageur, en cas de détournement de la Rive Gauche du Rhône. Réouverture programmée fin 2021 par la région Occitanie.

  • Avignon : 91 729 h
  • Villeneuve les Avignon : 11 769 h

Auvergne Rhône Alpes : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Voici, pour la région Auvergne Rhône Alpes, les lignes non déclassées pouvant être rouvertes au trafic voyageur et ainsi servir d’axes structurants à des dessertes plus fines de type autocars ou services à la demande. Certaines ont un vrai potentiel !

En dessous, on trouvera une présentation de chaque ligne concernée ainsi que des éléments sur la population desservie directement sans présumer des apports de lignes d’autocars ou de services à la demande en rabattement.

#urgenceclimatique #onlesrouvre

Auvergne Rhône Alpes : les lignes fermées au service voyageurs mais non déclassées

Pour visualiser l’ensemble des lignes de la région de manière détaillée, vous pouvez consulter la carte Auvergne Rhône Alpes.

D’autres projets de réouvertures, empruntant des lignes aujourd’hui déclassées, existent, notamment dans l’Est Lyonnais (Lyon-Crémieu ParFer).

Les lignes concernées (classées par département)

Ain

01-1 : Sathonay – Trévoux (18,5 km).
Trafic voyageur supprimé en 1938. Service marchandise arrêté en 1991 de Neuville à Trévoux et en 2011 de Sathonay à Neuville.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Gare de Sathonay : Sathonay Camp 6 267 h et Rillieux la Pape 30 410 h
  • Gare de Les Combes : Sathonay Village 2 374 h
  • Fontaine sur Saône : 7 068 h
  • Rochetaillée sur Saône 1 532  h
  • Fleurieu sur Saône : 1 464 h
  • Neuville sur Saône : 7 560 h
  • Genay : 5 490 h
  • Massieux : 849 h
  • Parcieux : 1 221 h
  • Reyrieux : 4 923 h
  • Trévoux : 6 882 h

01-2 : Ambérieu – Villebois (15,8 km).
Trafic voyageur supprimé en 1937. Ouvert à la desserte marchandise.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Ambérieu en Bugey : 14 204 h
  • Ambutrix : 755 h
  • Vaux : 1 221 h
  • Lagnieu : 7 175 h
  • Gare St Sorlin – Vertrieu : St Sorlin 1 138 h et Vertrieu 625 h
  • Sault-Brenaz : 981 h
  • Villebois : 1 185 h

01-3 : Virieu le Grand – Belley (Brens Virignin) (19,4 km)
Trafic voyageur supprimé en 1940. Service marchandise arrêté en 2017.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Virieu le Grand : 1 107 h
  • Chazay-Bons : 1 144 h
  • Belley : 9 122 h
  • Gare de Brens – Virignin : Brens 1 155 h et Virignin 1 104 h

01-4 : Oyonnax – St Claude (30,8 km dont 10 km en Auvergne Rhône Alpes)
Trafic voyageur et marchandise supprimés en 2017.
Ce segment permettrait de rouvrir la ligne complète Andelot – Champagnole – Morez – St Claude – Oyonnax – La Cluse et permettrait un maillage du réseau.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Oyonnax : 22 336 h
  • Arbent : 3 356 h
  • Gare de Dortan – Lavancia : Dortan 1 854 h et Lavancia (BFC) 636 h
  • Jeurre (BFC) : 270 h
  • Vaux les St Claude : (BFC) 687 h
  • Molinges (BFC) : 700 h
  • Chassas (BFC) : 437 h
  • Lavans les St Claude (BFC) : 2 377 h
  • St Claude (BFC) : 9 103 h

01-5 : (Bellegarde -) Collonges Fort l’Ecluse – Divonne-les-Bains (41,1 km)
Trafic voyageur supprimé en 1980. Service marchandise arrêté en 1990 de Gex à Divonne, en 1998 de Flies à Gex et en 2014 de Collonges Fort l’Ecluse.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Bellegarde : 11 450 h
  • Collonges – Fort l’Ecluse : 2 222 h
  • Paradis
  • Gare de Peron – Farges : Peron 2 701 h et Farges 1043 h
  • St Jean de Gonville : 1 823 h
  • Thoiry : 5 981 h
  • Gare de Sergy – St Genis : Sergy 2 126 h et St Genis Pouilly : 13 243 h
  • Chevry : 1 980 h
  • Gex : 13 093 h
  • Grilly : 836 h
  • Divonne les Bains : 9 787 h

Allier

03-1 Moulins – Commentry (- Montluçon) (67,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1972. Service marchandise arrêté de 1980 à 2015 selon les sections de ligne. Lignes reliant la première et la troisième ville du département.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Moulins : 19 563 h
  • Souvigny : 1 788 h
  • Noyant d’Allier : 614 h
  • Tronget : 888 h
  • Chavenon : 134 h
  • Murat : 287 h
  • Villefranche d’Allier : 1 305 h
  • Doyet : 1 175 h
  • Commentry : 6 159 h
  • Montluçon : 34 938 h

03-2 Montluçon – Eygurande Merlines (-Ussel) (93 km)
Trafics voyageur et marchandise supprimés en 2008. Ligne permettant un maillage du réseau et une desserte d’Ussel vers Paris. Ligne à cheval sur les régions Auvergne Rhône Alpes et Nouvelle Aquitaine.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Montluçon : 34 938 h
  • Lignerolles : 738 h
  • Teillet – Argenty : 555 h
  • Gare de Budelière-Chambon : Budelière (NA) 713 h et Chambon (NA) 874 h
  • Evaux les Bains (NA) : 1 359 h
  • Reterre (NA) : 284 h
  • Auzances (NA) : 1 211 h
  • Les Mars (NA) : 191 h
  • Mérinchal (NA) : 703 h
  • Giat (AURA) : 807 h
  • St Merd la Breuille (NA) : 193 h
  • Feyt (NA) : 134 h
  • Gare d’Eygurande-Merlines : Eygurande (NA) 686 h et Merlines (NA) 710 h
  • Aix la Marsalouse (NA) : 394 h
  • Ussel (NA) : 9 555 h

03-3 (Moulins -) La Ferté Hauterive – St Pourçain sur Sioule (10,9 km)
Trafic voyageur supprimé en 1938. Ouvert à la desserte marchandise. Fait partie de la ligne La Ferté – Gannat dont la section centrale St Pourçain – Barberier est déclassée.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Moulins (sur la ligne Moulins – St Germain des Fossés) : 19 563 h
  • Bessay sur Allier (sur la ligne Moulins – St Germain des Fossés) : 1327 h
  • La Ferté Hauterive (sur la ligne Moulins – St Germain des Fossés – non desservie) : 288 h
  • St Pourçain sur Sioule : 5 182 h

03-4 Barberier – Gannat (13,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1938. Service marchandise arrêté en 1995. Fait partie de la ligne La Ferté – Gannat dont la section centrale St Pourçain – Barberier est déclassée.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Gare de Barberier – Brout-Vernet : Barberier 143 h et Brout-Vernet : 1 180 h
  • Gare de Mayet d’Ecole – Jenzat : Mayet d’Ecole 272 h et Jenzat 513 h
  • Saulzet : 385 h
  • Gannat : 5 824 h

03-5 St Germain des Fossés – Gannat (23,9 km)
Double voie. Trafic voyageur supprimé en 2012. Ouvert à la desserte marchandise. Itinéraire de la transversale nord « Lyon – Bordeaux ». Cette ligne pourrait être de nouveau parcourue par des trains voyageurs au lancement de la liaison Railcoop Lyon – Bordeaux (2022).

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • St Germain des Fossés : 3 618 h
  • St Rémy en Rollat : 1 716 h
  • Vendat : 2 232 h
  • Gare de Monteignet – Escurolles : Monteignet 264 h et Escurolles 778 h
  • Gannat : 5 824 h

03-6 Vichy – Cusset (3,8 km)
Trafic voyageur supprimé en 1949. Ouvert à la desserte marchandise.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Vichy : 24 854 h
  • Cusset : 12 685 h

03-7 Vichy – Puy Guillaume (20,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1971. Ouvert à la desserte marchandise. Faisait partie de la radiale Vichy – Puy Guillaume – Courty – Pont de Dore – Ambert – La Chaise Dieu – Sembadel – Darsac (- Le Puy). Déclassée sur une petite portion de Puy Guillaume à Courty.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Vichy : 24 854 h
  • St Yorre : 2 560 h
  • Gare de Ris – Chateldon : Ris 748 h et Chateldon 772 h
  • Puy Guillaume : 2 772 h

Ardèche

07-1 (Lyon -) Givors Canal – Villeneuve les Avignon (-Nîmes) (214,2 km dont 168,4 en Auvergne Rhône Alpes) Ligne à cheval sur les régions Auvergne Rhône Alpes et Occitanie.
Double voie électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1973. Ouvert à la desserte marchandise. Utilisée en service voyageur, en cas de détournement de la Rive Gauche du Rhône. Le nouveau train de nuit Paris – Nice circulant depuis 2021, est tracé par cet itinéraire, sans desserte commerciale. Un point sur les projets de réouvertures.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Givors : 20 121 h
  • Loire sur Rhône : 2 605 h
  • Gare de Ste Colombe les Vienne : Ste Colombe 1 886 h et St Cyr sur le Rhône 1 287 h
  • Ampuis : 2 715 h
  • Condrieu : 3 927 h
  • Chavanay : 2 883 h
  • St Pierre de Boeuf : 1 714 h
  • Gare de Serrières : Serrières 1 141 h et Sablons 2 297 h
  • Peyraud : 487 h (gare bifurcation vers St Rambert d’Albon – rive gauche)
  • Gare de St Désirat – Champagne : St Désirat 861 h et Champagne 583 h
  • Andance : 1 202 h
  • Sarras : 2 213 h
  • Arras sur Rhône : 527 h
  • Vion : 945 h
  • Tournon : 10 598 h
  • Mauves : 1 180 h
  • Châteaubourg : 242 h
  • Gare de St Peray : St Peray 7 622 h et Guilherand Granges 10 760 h
  • Soyons : 2 269 h
  • Gare de Charme- St Georges les Bains : Charmes 2 954 et St Georges les Bains 2 367 h
  • Beauchastel : 1 833 h
  • La Voulte sur Rhône : 4 918 h (gare bifurcation vers Livron – rive gauche)
  • Le Pouzin : 2 872 h
  • Baix : 1 207 h
  • Cruas : 3 014 h
  • Meysse : 1 335 h
  • Rochemaure : 2 299 h
  • Le Teil : 8 796 h
  • Viviers sur Rhône : 3 710 h
  • St Montant : 1 885 h
  • Bourg St Andéol : 7 167 h
  • Gare de St Just – St Marcel : St Just d’Ardèche : 1 683 et St Marcel d’Ardèche 2 381 h
  • Pont St Esprit (Occ) : 10 397 h
  • Vénéjan (Occ) : 1 265 h
  • Bagnols sur Cèze (Occ) : 18 072 h
  • Gare d’Orsan – Chusclant (Occ) : Orsan 1 166 h et Chusclan 967 h
  • L’Ardoise (Occ) : 6 316 h
  • Gare de St Geniès – Montfaucon (Occ) : St Geniès de Comolas 1 983 h et Montfaucon 1 507 h
  • Gare de Roquemaure – Tavel (Occ) : Roquemaure 5 520 h et Tavel 1 994 h
  • Sauveterre (Occ) : 2 051 h
  • Pujaut (Occ) : 4 028 h
  • Villeneuve les Avignon (Occ) : 11 769 h

07-2 Le Teil – Aubigny-Alba (8,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 1969. Service marchandise arrêté en 1988.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Le Teil : 8 796 h
  • Gare d’Aubignas-Alba : Aubignas 464 h et Alba la Romaine 1 452 h

07-3 Peyraud – St Rambert d’Albon (2 km)
Ligne électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1973. Ouvert à la desserte marchandise. Utilisée en service voyageur, en cas de détournement de la Rive Gauche du Rhône.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Peyraud : 487 h
  • St Rambert d’Albon : 6 641 h

07-4 La Voulte – Livron (5 km)
Ligne électrifiée. Trafic voyageur supprimé en 1969. Ouvert à la desserte marchandise. Utilisée en service voyageur, en cas de détournement de la Rive Gauche du Rhône.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • La Voulte sur Rhône : 4 918 h
  • Livron sur Drôme : 9 149 h

Cantal

15-1 Neussargues – Bort les Orgues (71,2 km dont 67,8 km en Auvergne Rhône Alpes)
Trafic voyageur supprimé en 1990. Service marchandise arrêté en 1991. Ligne à cheval sur les régions Auvergne Rhône Alpes et Nouvelle Aquitaine. Le Chemin de Fer Touristique « Gentiane Express » utilise une partie de la ligne entre Riom es Montagne et Lugarde – Marchastel.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Neussargues : 1 811 h
  • Ste Anastasie : 143 h
  • Allanche : 805 h
  • Gare de Landeyrat – Marcenat : Landeyrat 89 h et Marcenat 520 h
  • Gare de St Saturnin – St Bonnet : St Saturnin 204 h et St Bonnet 116 h
  • Gare de Lugarde – Marchastel : Lugarde 137 h et Marchastel 154 h
  • Gare de Condat – St Amandin : Condat 992 h et St Amandin 231 h
  • Riom es Montagne : 2 491 h
  • Gare de St Etienne – Menet : St Etienne de Chomeil 236 h et Menet 544 h
  • Gare d’Antigac – Vebret : Antignac 283 h et Vebret 508 h
  • Bort les Orgues (NA) : 2 661 h

15-2 Neussargues – St Chély d’Apcher (- Millau – Béziers) (55,7 km dont 45,1 km en Auvergne Rhône Alpes)
Trafic voyageur suspendu en 2021 pour travaux (fin annoncée novembre 2021). Service marchandise suspendu en 2021 pour travaux (fin annoncée novembre 2021). Ligne à cheval sur les régions Auvergne Rhône Alpes et Occitanie. Ligne parcourue, en temps normal, par l’InterCité Aubrac, Clermont Ferrand – Béziers

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Neussargues : 1 811 h
  • Talizat : 589 h
  • Andelat : 469 h
  • St Flour : 6 365 h
  • Ruynes en Margeride : 711 h
  • Garabit
  • Loubaresse : 402 h
  • Arcomie (Occ) : 989 h
  • St Chély d’Apcher (Occ) : 4 183 h

Drôme

26-1 Raccordement Sillon Alpin – LGV Sud Méditerranée en gare de Valence TGV (1 km)
Trafic voyageur supprimé en 2017. Ce raccordement financé en grande partie par les collectivités locales et régionales à l’occasion de l’électrification du Sillon Alpin, n’a servi en service voyageurs régulier que trois années avec un TGV Annecy – Marseille de week-end.

Isère

38-1 Izeaux – St Rambert d’Albon (20,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1939. Service marchandise en 1989 d’Izeaux à Beaurepaire et en 2015 de Beaurepaire à St Rambert d’Albon. La ligne est fermée administrativement d’Izeaux à Beaurepaire en 2016. Cette ligne a fait l’objet d’une étude détaillée. La réouverture complète de la ligne Rives – St Rambert pourrait être un des axes d’un RER Grenoblois.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Izeaux : 2 139 h
  • St Etienne de St Geoirs : 3 226 h
  • La Côte St André : 4 820 h
  • Marcilloles : 1 140 h
  • Le Content – Beaufort : 561 h
  • Beaurepaire : 4 953 h
  • Gare de Manthes – Lapeyrouse : Manthes 664 h et Lapeyrouse 1 219 h
  • Epinouze : 1 525 h
  • St Rambert d’Albon : 6 641 h
Ligne 907 (St Rambert d'Albon - Rives) : répartition de la population
Ligne 907 (St Rambert d’Albon – Rives) : répartition de la population

38-2 Jarrie-Vizille – Vizille (3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1946. Service marchandise arrêté peu après 2000. Un projet de TramTrain existe pour la desserte sud de la Métropole grenobloise.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Vizille : 7 303 h
  • Gare de Jarrie-Vizille : Jarrie 3 763 h et Champ sur Drac 3 090 h

Loire

42-1 Boën – Thiers (48,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 2016. Service marchandise arrêté en 2016. C’est la ligne la plus courte qui relie St Etienne (404 607 h) à Clermont Ferrand (294 127 h), deux métropoles de la région Auvergne Rhône Alpes. Malgré cela, il n’existe plus de trafic voyageur dans sa portion centrale. La réouverture est soutenue par de nombreux acteurs locaux.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Métropole Stéphanoise : 404 607 h
  • Boën : 3 214 h
  • Sail sous Couzan : 956 h
  • L’Hôpital sous Rochefort : 109 h
  • St Thurin : 190 h
  • St Julien la Vêtre : 359 h
  • Noirétable : 1 577 h
  • Chabreloche : 1 210 h
  • Celles sur Durolle : 1 707 h
  • Gare de la Monnerie – St Rémy : La Monnerie 1 703 h et St Rémy sur Durolle 1 747 h
  • Thiers : 11 778 h
  • Métropole de Clermont Ferrand : 294 127 h

Haute Loire

43-1 Firminy – Dunières (27,2 km)
Trafic voyageur supprimé en 1991. Service marchandise arrêté en 2003.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Firminy : 16 981 h
  • Pont Salomon : 1 960 h
  • Gare de St Didier – La Séauve : St Didier en Velay 3 443 h et La Séauve sur Semène 1 475 h
  • Gare de St Pal – St Romain : St pal de Mons 2 284 h et St Romain Lachalm 1 104 h
  • Dunières : 2 727 h

43-2 Estivareilles – Sembadel – La Chaise Dieu (40,5 km)
Trafic voyageur supprimé en 1969 d’Estivareilles à Sembadel et en 1971 de Sembadel à La Chaise Dieu. Service marchandise arrêté en 1987. Bien que déclassée, la ligne est exploitée par un chemin de fer touristique : les Chemins de Fer du Haut Forez entre Estivareilles et La Chaise Dieu.

43-3 Sembadel – Darsac (- Le Puy) (19,9 km)
Trafic voyageur supprimé en 1971. Service marchandise arrêté en 1992. Fermeture administrative en 2008.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Sembadel : 227 h
  • Lac de Malaguet
  • Monlet : 416 h
  • Allègre : 884 h
  • Céaux d’Allègre : 472 h
  • Darsac : 358 h

Puy de Dôme

63-1 (Clermont Ferrand -) Volvic – Laqueuille – Eygurande Merlines – Ussel (84,4 km dont 63,3 km en Auvergne Rhône Alpes).
Trafic voyageur supprimé en 2014 de Laqueuille à Ussel et en 2015 de Volvic à Laqueuille. Service marchandise arrêté en 2014 de Laqueuille à Ussel, toujours en service de Volvic à Laqueuille. Cette ligne était la transversale Sud « Lyon – Bordeaux » parcourue par le Ventadour.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Métropole de Clermont Ferrand : 294 127 h
  • Volvic : 4 555 h
  • St Ours les Roches : 1 650 h
  • Pontgibaud : 761 h
  • Les Rosiers sur Sioule
  • La Miouze – Rochefort
  • Bourgeade
  • Laqueuille : 369 h (vers Le Mont Dore)
  • Bourg Lastic : 872 h
  • La Cellette : 168 h
  • Gare d’Eygurande-Merlines : Eygurande (NA) 686 h et Merlines (NA) 710 h
  • Aix La Marsalouse : 394 h
  • Ussel : 9 555 h

63-2 Laqueuille – Le Mont Dore (13,9 km)
Trafic voyageur supprimé en 2015. Service marchandise arrêté vers 1995 de La Bourboule au Mont Dore, toujours en service de Laqueuille à La Bourboule.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Laqueuille : 369 h (vers Clermont Ferrand)
  • St Sauves : 1 129 h
  • La Bourboule : 1 778 h
  • Le Mont Dore : 1 280 h

63-3 (Clermont Ferrand -) Volvic – Lapeyrouse (- Montluçon) (56,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 2007. Service marchandise arrêté en 2007.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Métropole de Clermont Ferrand : 294 127 h
  • Volvic : 4 555 h
  • Charbonnières les Varennes : 1 759 h
  • Manzat : 1 374 h
  • Gare Les Ancizes – St Georges : Les Ancizes 1 652 h et St Georges de Mons : 1 946 h
  • Viaduc des Fades
  • Gare de St Priest – Sauret : St Priest des Champs 702 h et Sauret-Besserve : 165 h
  • Gare de St Gervais – Châteauneuf : St Gervais d’Auvergne 1 307 h et Châteauneuf les Bains 318 h
  • Gouttières : 333 h
  • Youx : 912 h
  • St Eloy : 3 651 h
  • Lapeyrouse : 537 h
  • Montluçon : 34 938 h

63-4 Pont de Dore – Ambert – La Chaise Dieu (88,8 km)
Trafic voyageur supprimé en 1971 d’Arlanc à La Chaise Dieu et en 1980 de Pont de Dore à Arlanc. Service marchandise arrêté fin des années 1980.
Bien que déclassée, la ligne est exploitée par un chemin de fer touristique : l’AGRIVAP entre Ambert et La Chaise Dieu.

Rhône

69-1 Sain Bel – Ste Foy l’Argentière (16,6 km)
Trafic voyageur supprimé en 1955. Service marchandise arrêté en 2013 de Courzieu à Ste Foy et en 2019 de Sain Bel à Courzieu.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Métropole de Lyon : 1 398 892 h
  • Sain Bel : 2 362 h
  • Bessenay : 2 317 h
  • Gare de Courzieu – Brussieu : Courzieu 1 142 h et Brussieu 1 377 h
  • Ste Foy l’Argentière : 1 284 h

69-2 Brignais – Givors Canal (9,3 km)
Trafic voyageur supprimé en 1932. Service marchandise arrêté en 2008.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Brignais : 11 697 h
  • Gare de Vourles – Charly : Vourles 3 400 h et Charly 4 552 h
  • Gare de Millery – Montagny : Millery 4 324 h et Montagny 3 056 h
  • Badan : commune de Grigny 9 675 h
  • Givors : Givors : 20 121 h

Savoie

73-1 Albertville – Marlens (15,8 km)
Trafic voyageur supprimé en 1938.
Service marchandise arrêté en 1953 de St Jorioz à Lathuile, en 1966 d’Annecy ZI à St Jorioz, en 1989 de Lathuile à Ugine et en 2008 d’Annecy à Annecy ZI. Toujours en service d’usine à Albertville.
Un projet de TrainTram sur Annecy – Albertville est à l’étude.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Albertville : 19 214 h
  • Ugine : 7 076 h
  • Marlens : 1 373 h (commune de Val de Chaise)

Haute Savoie

74-1 Évian – St Gingolph (18,0 km)
Trafic voyageur supprimé en 1938. Service marchandise arrêté en 1988.
Cette ligne offrirait la possibilité de faire le tour du Léman en train et de développer le Leman Express de Genève à Martigny. Des études sont en cours.

Population desservie directement par un point d’arrêt (sans analyse des possibilités de rabattement) :

  • Évian les Bains : 9 100 h
  • Maxilly : 1 464 h
  • Lugrin : 2 470 h
  • Meillerie : 312 h
  • St Gingolph (France) : 863 h
  • St Gingolph (Suisse) : 982 h
  • Martigny : 18 309 h

Travaux : plus de 1400 km de lignes ferroviaires avec un trafic suspendu

A mi-juillet 2021, pour cause de travaux, 1439 km de lignes ferroviaires ont leur trafic suspendu en France pour une longue durée (de un mois à plusieurs années, voir avec aucune date de réouverture annoncée).

En cette période estivale, voici la carte des lignes desservant des Régions où l’on ne peut pas se rendre en train. 

Les Causses, l’Aubrac, les Hautes Alpes, la Lozère, le Cantal, les Vosges, les Ardennes, le Jura, la Vendée, la Haute Marne sont des régions idéales pour le tourisme à vélo. Malheureusement pas de desserte TER possible cet été. 

Pour l’InterCité « Aubrac » Clermont-Ferrand – Béziers, on ne compte plus les étés où la ligne est fermée pour cause de travaux. A ce rythme, elle devrait être aujourd’hui entièrement neuve…

FRANCE-travaux-juillet-2021
Lignes sans aucune circulation ferroviaire – mi-juillet 2021

Jusqu’aux années 1980, les travaux réalisés sur les lignes ferroviaires, étaient faits de nuit et aucune fermeture n’était programmée. 

A titre d’exemple, l’électrification de Grenoble – Lyon réalisée au début des années 1980 n’a nécessité que quelques rares journées de fermeture malgré plusieurs tunnels dans lesquels il a fallu abaisser la plateforme. L’électrification de (Grenoble) Moirans – Valence réalisée 30 ans plus tard, au début des années 2010, a nécessité une année complète de fermeture. Ceci après trois étés de fermeture pour le doublement de la voie, soit presque deux ans en tout ! 

Quel est le sens de cette évolution ? Certainement pas une amélioration du service client…

Retrouvez les cartes ferroviaires Régions et France entière qui tiennent compte de ces travaux.

04 juin 2021 : réouverture de Nîmes – Alès

Ce vendredi 4 juin 2021, les trains circulent à nouveau entre Nîmes et Alès. Des travaux entrepris depuis fin mars ont nécessité la fermeture totale de la ligne.

Les travaux entrepris portaient sur :

  • Modernisation de la voie dans le tunnel de Gajan
  • Consolidation des parois rocheuses au nord de Nîmes
  • Remplacement de traverses

Au nord d’Alès, il faudra attendre le 3 juillet pour le rétablissement du trafic, les travaux se poursuivant.

Pour retrouver l’ensemble des cartes des régions françaises, c’est ici.

Nîmes - Alès
Nîmes – Alès

Semaine du 3 mai 2021 : une série de réouvertures

Trois réouvertures ont lieu cette semaine du 3 mai 2021, suite à la fin de travaux :

  • Fontan-Saorge – Tende – Italie, le 3 mai, en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Vauvert – Le Grau du Roi, le 7mai
  • Villefranche – Font Romeu, le 8 mai, toutes les deux en Occitanie

Pour retrouver l’ensemble des cartes des régions françaises, c’est ici.

Breil - Tende
Breil – Tende
Nîmes - Vauvert - Le Grau-du-roi
Nîmes – Vauvert – Le Grau-du-roi
Villefranche - Font-Romeu
Villefranche – Font-Romeu

26 avril 2021 : une série de réouvertures

Ce lundi 26 avril 2021, trois réouvertures suite à des travaux de modernisation :

Pour retrouver l’ensemble des cartes des régions françaises, c’est ici.
A noter l’intéressante étude de Transportrail sur l’étoile de St Pol.

Miramas - Marseille via Martigues
Miramas – Marseille via Martigues
Etoile de St Pol de Ternoise
Etoile de St Pol de Ternoise

Travaux en Provence Alpes Côte d’Azur

La carte ferroviaire Provence Alpes Côte d’Azur a été mise à jour suite à l’annonce de la réouverture de la ligne Breil – Tende – Cuneo pour le 3 mai 2021.

Autre confirmation : fermeture pour travaux de la ligne pour les Alpes, Marseille – Gap entre Gardanne et Meyrargues du 31 mai au 2 octobre 2021.

Pour retrouver l’ensemble des cartes des régions françaises, c’est ici.

Fin des travaux Breil - Tende

907 – St Rambert d’Albon – Rives

Cette étude est disponible en format PDF.

Histoire

Un embranchement pour Grenoble a été envisagé dès la création du projet de ligne ferroviaire Lyon – Avignon en 1846. Après de nombreux débat, le point de départ de cette liaison est fixé à St Rambert d’Albon en direction de Rives.

La Compagnie du Chemin de Fer de St Rambert à Grenoble est créée en 1854. Les travaux débutent et la ligne est ouverte le 5 novembre 1856. La ligne sera ensuite prolongée jusqu’à PiquePierre (situé à St Martin le Vinoux juste avant le franchissement de l’Isère en direction de Grenoble), le 10 juillet 1857. Enfin, elle atteindra Grenoble le 1er juillet 1858.

Par décret du 5 décembre 1857, la Compagnie du Chemin de Fer de St Rambert à Grenoble devient Compagnie des chemins de fer du Dauphiné avant d’être rachetée par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, le 22 juillet 1858.

La desserte voyageur est supprimée à l’été 1939.

Pendant la seconde guerre mondiale des voitures de 3ème classe sont ajoutées aux 2 trains marchandise quotidiens entre St Rambert et Rives, à partir d’octobre 1940.

A l’été 1967, le tronçon d’Izeaux à la bifurcation de Beaucroissant est supprimé. La desserte marchandise fut alors réalisée via St Rambert.

907 - St Rambert d'Albon - Rives
907 – St Rambert d’Albon – Rives (extrait de la carte AURA)

La ligne en détail

La ligne est établie à voie unique. Elle est orientée Ouest – Est et a une pente constante d’environ 7 mm/m qui suit l’inclinaison de la plaine de la Bièvre.

Elle est au départ, à cheval sur les départements de la Drome et de l’Isère avant de rentrée définitivement en Isère avant Beaurepaire.

Les gares

St Rambert d’Albon – Pk 0.0
Epinouze – Pk 9,9
Manthes Lapeyrousse – Pk 14,2
Beaurepaire- Pk 20,3
Le Content Beaufort – Pk 26,1
Marcilloles – Pk 30,6
La Côte St André – Pk 37,0 / croisement avec la ligne secondaire St Marcellin – Lyon Montplaisir
Brézins – Pk 40,2
St Etienne de St Geoirs – Pk 43,7
Izeaux – Pk 49,5
Rives – Pk 55,7

Ligne 907 (St Rambert d'Albon - Rives) : répartition de la population
Ligne 907 (St Rambert d’Albon – Rives) : répartition de la population
Gare de La Côte St André - Le Rival (38)
Gare de La Côte St André – Le Rival (38)
Avant / Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama
La gare d'Izeaux (38)
La gare d’Izeaux (38)
Avant et Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama

Structuration de la desserte

De son ouverture en 1856 jusqu’en 1862 (achèvement de la ligne Lyon – Grenoble via La Tour du Pin), la ligne assure les liaisons Lyon – Grenoble.

Ensuite, la desserte devient locale entre St Rambert et Grenoble. Elle oscille entre 3 et 5 dessertes A/R avec des correspondances pour Annonay.

Juste avant le déclenchement de la 1ère guerre mondiale, le trafic est stabilisé à 5 A/R. Dans les années 1920 la desserte est disymétrique avec 4 relations vers St Rambert dont un MV (marchandises Voyageurs) et 3 depuis St Rambert.

A la création de la SNCF en 1938, soit un an avant la suppression de la desserte voyageur, elle ne comportait plus que 3 A/R.

St Rambert-Rives (Chaix du 4 février 1872)
St Rambert-Rives (Chaix du 4 février 1872)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 mars 1886)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 mars 1886)
St Rambert-Rives (Chaix du 17 septembre 1905)
St Rambert-Rives (Chaix du 17 septembre 1905)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 juin 1914)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 juin 1914)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 décembre 1929)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 décembre 1929)
St Rambert-Rives (Chaix de janvier 1938)
St Rambert-Rives (Chaix de janvier 1938)

A l’été 1939 la ligne desserte ferroviaire est abandonnée au profit d’une liaison par autocar entre Grenoble et Annonay.

Situation actuelle

La section Izeaux – Beaucroissant est déclassée depuis janvier 1972. Beaurepaire – Izeaux a fait l’objet d’une « fermeture administrative » en mars 2016.

La desserte marchandise a été arrêtée en 1989 entre Beaurepaire et Izeaux et en mars 2015 entre St Rambert et Beaurepaire.

Gare de St Etienne de St Geoirs (38)
Gare de St Etienne de St Geoirs (38)
Avant et Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama

Pour la bibliographie.