Archives par mot-clé : ligne fermée

907 – St Rambert d’Albon – Rives

Histoire

Un embranchement pour Grenoble a été envisagé dès la création du projet de ligne ferroviaire Lyon – Avignon en 1846. Après de nombreux débat, le point de départ de cette liaison est fixé à St Rambert d’Albon en direction de Rives.

La Compagnie du Chemin de Fer de St Rambert à Grenoble est créée en 1854. Les travaux débutent et la ligne est ouverte le 5 novembre 1856. La ligne sera ensuite prolongée jusqu’à PiquePierre (situé à St Martin le Vinoux juste avant le franchissement de l’Isère en direction de Grenoble), le 10 juillet 1857. Enfin, elle atteindra Grenoble le 1er juillet 1858.

Par décret du 5 décembre 1857, la Compagnie du Chemin de Fer de St Rambert à Grenoble devient Compagnie des chemins de fer du Dauphiné avant d’être rachetée par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, le 22 juillet 1858.

La desserte voyageur est supprimée à l’été 1939.

Pendant la seconde guerre mondiale des voitures de 3ème classe sont ajoutées aux 2 trains marchandise quotidiens entre St Rambert et Rives, à partir d’octobre 1940.

A l’été 1967, le tronçon d’Izeaux à la bifurcation de Beaucroissant est supprimé. La desserte marchandise fut alors réalisée via St Rambert.

907 - St Rambert d'Albon - Rives
907 – St Rambert d’Albon – Rives (extrait de la carte AURA)

La ligne en détail

La ligne est établie à voie unique. Elle est orientée Ouest – Est et a une pente constante d’environ 7 mm/m qui suit l’inclinaison de la plaine de la Bièvre.

Elle est au départ, à cheval sur les départements de la Drome et de l’Isère avant de rentrée définitivement en Isère avant Beaurepaire.

Les gares

St Rambert d’Albon – Pk 0.0
Epinouze – Pk 9,9
Manthes Lapeyrousse – Pk 14,2
Beaurepaire- Pk 20,3
Le Content Beaufort – Pk 26,1
Marcilloles – Pk 30,6
La Côte St André – Pk 37,0 / croisement avec la ligne secondaire St Marcellin – Lyon Montplaisir
Brézins – Pk 40,2
St Etienne de St Geoirs – Pk 43,7
Izeaux – Pk 49,5
Rives – Pk 55,7

Gare de La Côte St André - Le Rival (38)
Gare de La Côte St André – Le Rival (38)
Avant / Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama
La gare d'Izeaux (38)
La gare d’Izeaux (38)
Avant et Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama

Structuration de la desserte

De son ouverture en 1856 jusqu’en 1862 (achèvement de la ligne Lyon – Grenoble via La Tour du Pin), la ligne assure les liaisons Lyon – Grenoble.

Ensuite, la desserte devient locale entre St Rambert et Grenoble. Elle oscille entre 3 et 5 dessertes A/R avec des correspondances pour Annonay.

Juste avant le déclenchement de la 1ère guerre mondiale, le trafic est stabilisé à 5 A/R. Dans les années 1920 la desserte est disymétrique avec 4 relations vers St Rambert dont un MV (marchandises Voyageurs) et 3 depuis St Rambert.

A la création de la SNCF en 1938, soit un an avant la suppression de la desserte voyageur, elle ne comportait plus que 3 A/R.

St Rambert-Rives (Chaix du 4 février 1872)
St Rambert-Rives (Chaix du 4 février 1872)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 mars 1886)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 mars 1886)
St Rambert-Rives (Chaix du 17 septembre 1905)
St Rambert-Rives (Chaix du 17 septembre 1905)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 juin 1914)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 juin 1914)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 décembre 1929)
St Rambert-Rives (Chaix du 21 décembre 1929)
St Rambert-Rives (Chaix de janvier 1938)
St Rambert-Rives (Chaix de janvier 1938)

A l’été 1939 la ligne desserte ferroviaire est abandonnée au profit d’une liaison par autocar entre Grenoble et Annonay.

Situation actuelle

La section Izeaux – Beaucroissant est déclassée depuis janvier 1972. Beaurepaire – Izeaux a fait l’objet d’une « fermeture administrative » en mars 2016.

La desserte marchandise a été arrêtée en 1989 entre Beaurepaire et Izeaux et en mars 2015 entre St Rambert et Beaurepaire.

Gare de St Etienne de St Geoirs (38)
Gare de St Etienne de St Geoirs (38)
Avant et Maintenant (11 novembre 2018)
Photo : Renaud Cornu-Emieux
Carte Postale via Cparama

Pour la bibliographie.