Tulle

Tulle

Chef lieu de la Corrèze – 14 453 hab – Aire urbaine : 31 261 hab

La desserte en trains de Tulle, liée à la ligne Clermont Ferrand – Bordeaux, sur laquelle se trouve cette ville s’est considérablement réduite depuis la fermeture d’Ussel – Volvic.

Tulle Global 2020

Tulle : trains directs, la situation aujourd’hui

La transversale Bordeaux – Lyon, n’étant plus maintenant desservie entre Ussel et Volvic, la desserte directe en trains depuis Tulle se limite au parcours Tulle – Ussel, d’une part et Tulle – BrivePérigueuxBordeaux d’autre part.

Tulle 2020
Trains directs au départ de Tulle, à partir du 15/12/2019

Tulle : trains directs, l’évolution dans l’histoire

Tulle a tout d’abord été relié à Brive puis à Ussel. A partir de 1914, des trains directs Clermont FdBordeaux desservaient Tulle. Cette situation a prévalu jusqu’après la seconde guerre mondiale où la liaison Lyon – Bordeaux a été mise en service.

Pendant une relativement longue période, un train diurne Lyon – Bordeaux a parcouru la ligne Clermont Ferrand – Bordeaux. Il a porté le nom de « Ventadour ». Il a été prolongé jusqu’à Grenoble dans les années 1970, puis de nouveau au début des années 2000.

La ligne n’étant plus maintenant desservie entre Ussel et Volvic depuis le 6 juillet 2014 pour Ussel – Laqueuille, la desserte directe depuis Tulle se limite au parcours Ussel – Bordeaux.

Dans les années 1960-1970, des voitures directes permettaient d’atteindre Paris Austerlitz en train de nuit.

Une timide desserte régionale vers Limoges, Guéret, St Yrieix a été mise en place pour peu de temps au début des années 2000.

Le PO-Corrèze réseau à voie métrique a desservi Argentat et Uzerche au départ de Tulle de 1904 à 1970.

Tulle : évolution des vitesses moyennes

Tulle : vitesses moyennes

Des performances très faibles en diminution

Les causes peuvent être multiples et parfois cumulées : augmentation des marges de régularité, multiplication des arrêts commerciaux, suppression des trains sans arrêt et enfin multiplication des ralentissements pour cause de vétusté de la voie.

  • Tulle – Paris Austerlitz : 107 km/h soit une forte diminution par rapport à 2003 (120 km/h). Meilleurs temps réalisés avec une correspondance à Brive.
  • Tulle – Brive : 62 km/h soit une forte diminution par rapport à 2003 (74 km/h)
  • Tulle – Meymac : 56 km/h soit une diminution par rapport à 1963 (61 km/h)

Les liaisons aujourd’hui fermées ont eu des vitesses moyennes peu élevées, leurs dates de fermeture (1969) et le fait qu’elles soient en écartement métrique (1,00m) expliquant ce bas niveau. Les années d’étude sont : 1914, 1933, 1950, 1963.

  • Tulle – Uzerche : 35 km/h en 1963
  • Tulle – Argentat : 39 km/h en 1963

Ce comparatif est basé, en partie, sur l’ouvrage – Douté R. (2018). « Performance ferroviaire [1] – Temps de parcours ferroviaires en France – Un siècle d’évolution 1914 – 2014 ». Paris : La vie du rail. Cf. Bibliographie.

Tulle : Les trains directs au fil du temps (1871 – 2020)

1 réflexion sur « Tulle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.